Recherche avancée
Salons & Moteurs du groupe
A PROPOS
Nos chiffres

Témoignages

Mise relation d'affaires

Contact

 



Seedstars, vitrine de l’innovation mondiale
 
Le 13-04-2018
de MicroTech Industry® - News des expositions


La cinquième édition du concours de start-up Seedstars World se tenait cette semaine à l’EPFL. L’occasion de découvrir les nouvelles idées d’entrepreneurs issus pour la plupart de pays en voie de développement

C’est une entrepreneuse qui s’apprête à assister aux conférences en poussant un landau duquel dépasse un câble pour smartphone. Ce sont deux hommes d’affaires indiens qui devisent juste avant une présentation de leur société sur scène. C’est aussi un trentenaire bolivien qui s’excuse, à la fin de son pitch, pour son anglais approximatif. Ce jeudi se tenait, sur le site de l’EPFL, la cinquième édition de Seedstars World, un concours mondial destiné aux start-up qui ont pour but d’avoir un impact positif sur les pays en voie de développement.

Sur les 5000 sociétés issues principalement d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine qui ont postulé, une soixantaine ont pu présenter leurs projets lors de pitchs de trois minutes, avec la possibilité de suivre des cours et de rencontrer des investisseurs. Sur scène, un représentant de Sunkambe, une start-up sud-africaine, présente ses projets pour mieux rémunérer les musiciens sur internet. Ensuite, la société indienne Doctor4Africa démontre comment sa solution pourra mettre en relation patients et médecins. Venu de Thaïlande, un représentant de Hungry Hub explique sa solution pour faire en sorte que les prix de repas au restaurant ne dépassent pas le budget prévu.

Du CO2 pour sodas

Le profil des jeunes pousses, mais aussi leur degré de maturité, varie énormément. Prenons Dieudonne Mair, cofondateur de la société ghanéenne Arela Chemicals. Sa start-up vise à fabriquer du CO2 localement et à moindre prix, pour être par exemple utilisé dans des sodas. «Je suis arrivé ce matin et je ne savais même pas qu’il y avait un concours de start-up, sourit-il. Mon but est surtout de rencontrer des investisseurs potentiels car je cherche à lever 7 millions de dollars. Seedstars a pu m’organiser trois rendez-vous très intéressants, cela va sans doute beaucoup aider.»

Pour Alisée de Tonnac, directrice et cofondatrice de Seedstars World, l’accompagnement des start-up produit des résultats. «Les entreprises que nous avons accompagnées ont créé plus de 2000 jobs en cinq ans, ont levé 92 millions de dollars et ont réalisé 70 millions de chiffre d’affaires. Mais c’est encore très peu par rapport à tout ce que nous pouvons faire!» Selon elle, l’investissement à impact social ne cesse de progresser. «Des grandes institutions financières, telles BlackRock ou Goldman Sachs, entrent sur ce marché. Nous sommes au début d’une ère passionnante avec des entrepreneurs motivés.»

Aussi des sociétés suisses

Parmi les start-up présentes sur le campus de l’EPFL figurent aussi des sociétés suisses. Par exemple Swiss Fresh Water, basée à Lausanne et spécialisée dans le traitement de l’eau. «Nous avons récemment participé à un événement Seedstars à Maputo, au Mozambique, qui nous a permis de rencontrer des banquiers et des autorités locales. Autant de partenaires potentiels pour le futur», explique Jean-Baptiste Heinzer, l’un des responsables de la société.

L’événement lui est aussi bénéfique. «Je viens de rencontrer un représentant d’une société pharmaceutique avec laquelle nous pourrions travailler. Etre au cœur de cet écosystème de start-up est très important et nous visons en plus principalement les pays émergents avec notre solution.» Swiss Fresh Water a pour l’heure installé plus d’une centaine de ses appareils à purifier l’eau au Sénégal, avec à la clé 500 emplois créés directement et indirectement, et cherche à lever 3 millions de francs pour accélérer son développement à l’international.

Anouch Seydtaghia
LE TEMPS

 



Copyright © 2001 - 2018 Inter Group News All Rights Reserved