.
Actualités
Rubriques

Vente

Emploi

Contact

 



Nobel Biocare renoue avec l'attention des investisseurs
 
Le 09-01-2019

La scission ou cotation attendue cette année du pôle dentaire du groupe américain Danaher concerne un chiffre d'affaires de 3 milliards de dollars.

Alors que le groupe bâlois Straumann, chef de file mondial des implants dentaires, annonçait, le 27 décembre dernier, que Straumann et son concurrent zurichois Nobel Biocare avaient réglé un différend de longue date qui les opposait aux Etats-Unis depuis 2014, la résolution de ce différend devrait coïncider avec le début d’un ère plus dynamique pour Nobel Biocare.

Dans l'ombre de Danaher

Depuis que le groupe zurichois d’origine scandinave Nobel Biocare a été repris par le groupe technologique américain Danaher en 2014, il n’a pas vraiment réussi à mettre à profit cette appartenance pour renouer avec le rang de leader mondial auquel il s’était hissé avant la crise financière. Devenu une petite unité d’un grand conglomérat, Nobel Biocare s’est quelque peu éloigné de l’attention des investisseurs mais n’en est pas moins resté numéro deux mondial des implants dentaires, derrière le groupe bâlois Straumann, à la faveur de la croissance très dynamique de ce dernier ces dernières années.

Alors que le groupe Danaher annonçait à la mi-juillet 2018 son intention de scinder ses activités dentaires en faisant de celle-ci une entreprise indépendante cotée en Bourse (DentalCo) dans le cadre d’une transaction agendée au deuxième semestre 2019, Nobel Biocare se signale par un dynamisme retrouvé dans nombre de segments du marché dentaire, du moins aux yeux de ses concurrents.

Pôle dentaire autour de trois enseignes majeures

Basé dans le sud de la Californie, le pôle dentaire de Danaher a réalisé en 2017 un chiffre d’affaires de 2,8 milliards de dollars (sur un chiffre d’affaires net total de 18,4 milliards de dollars en 2017 pour le groupe Danaher) dont près de la moitié dans les implants et produits orthopédiques. Outre Nobel Biocare, le pôle dentaire de Danaher comprend les enseignes Ormco, spécialisée dans une offre complète de produits et de solutions orthodontiques (bagues, brackets, aligneurs, etc.) et l’enseigne combinée Kavo Kerr (solutions pour la prévention des infections, la restauration, la prophylaxie, l’endodontie. Instruments rotatifs, unités de traitement, imagerie et technologies CAO/FAO), composée de 14 marques différentes. Le pôle dentaire de Danaher est placé sous la conduite de Amir Aghdaei, en tant notamment que président.

La combinaison des points forts de Nobel Biocare et de KaVo Kerr, en particulier au niveau des solutions numériques, dans lesquelles le groupe zurichois se mettait déjà en évidence avant son entrée dans le giron de Danaher, positionnerait le pôle dentaire de Danaher comme numéro deux mondial derrière Dentsply Sirono sur le marché dentaire élargi.

Partenariat en Suisse dans les implants céramique

Bien que basé à Zurich-Kloten, le siège de Nobel Biocare semble toutefois de plus en plus se réduire à un central téléphonique: les demandes doivent être retransmises par courriels aux Etats-Unis. Ce qui n’a pas empêché le groupe de se renforcer aussi en Suisse récemment. Fin 2017, Nobel Biocare s’est allié à Dentalpoint, un fabricant argovien, qui se présente comme le leader mondial du marché des implants en céramique sans métal et en deux parties, avec sa marque Zeramex. Un produit que Nobel distribue sous sa propre marque (co-branding). Cette alliance a amené son concurrent bâlois Straumann à annoncer à son tour, il y a un mois, un partenariat clé dans le domaine des implants en céramique. A la faveur de celui-ci, Straumann a pris une participation de 34% dans la société soleuroise Z-Systems, fondée en 2004, basée à Oensingen.

Regain de compétitivité de Nobel attendu en 2019

En 2017, Nobel Biocare avait en outre noué un partenariat avec Axel Kirsch, le fondateur et développeur des implants du groupe d’implantologie allemand Camlog. Pour cette année, les spécialistes s’attendent à ce que Nobel Biocare franchisse un pas majeur dans le rajeunissement de son portefeuille de produits et gagne ainsi en compétitivité. Par le biais notamment d’une nouvelle surface pour les implants dentaires.

Alors qu’au moment de l’acquisition, Nobel Biocare affichait une croissance étale ou à un chiffre bas de son chiffre d’affaires (inférieur alors à 600 millions de francs), une marge brute de l’ordre de 70% et une marge opérationnelle à deux chiffres bas, le groupe zurichois faisait état début 2018 d’une croissance à un chiffre moyen (-3-7%) des revenus, d’une marge brute supérieure à 70% et d’une marge opérationnelle de plus de 20% avec un rendement des capitaux investis à un chiffre haut (7-9%). A titre de comparaison, Straumann affichait au cours des neufs premiers mois de l’exercice 2018 une croissance organique de son chiffre d’affaires de 18% et devrait enregistrer une marge opérationnelle EBIT de l’ordre de 25% cette année.

Piotr Kaczor
AGEFI

 



Copyright © 2001 - 2019 Inter Group News All Rights Reserved