Recherche avancée
Salons & Moteurs du groupe
A PROPOS
Nos chiffres

Témoignages

Mise relation d'affaires

Contact

 



U-blox conserve un rythme d’innovation élevé
 
Le 13-09-2018

Technologie. Un ensemble d’outils vient d’être introduit. Présentation au Mobile World Congress Americas à Los Angeles. L’action continue à corriger.

U-blox maintient un rythme d’innovation élevé. Cette entreprise, qui a son siège à Thalwil/Zurich, continue à investir fortement dans la recherche et développement (R&D) pour des produits de nouvelle génération. Elle a en particulier annoncé mardi dernier l’introduction d’un ensemble ou set d’instruments qui constitue une plateforme de prototypage rapide.

Celle-ci permet aux designers produits de tester et optimiser la précision de la position et la consommation d’énergie des applications traçant la localisation sans fil qui utilisent des réseaux cellulaires LTE-M et NB-IoT, ainsi que la technologie du système de positionnement par satellites (GNSS).

Ce set d’outils cible les ingénieurs de produit qui travaillent sur les applications alimentées par batterie telles que le sport, les gens ainsi que le suivi et la gestion des biens. Il est présenté des 12 au 14 septembre au Mobile World Congress Americas, qui se déroule à Los Angeles.

Le leader international des solutions (semi-conducteurs et modules) dans les domaines du cellulaire et du GNSS pour les applications automobiles, industrielles et grand-public se trouve en mesure d’étendre sa position de marché dans le secteur d’Internet des objets (IoT).

Perspectives en demi-teinte

Toutefois, des résultats semestriels et des perspectives en demi-teinte à court terme (du fait notamment des tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine) ont conduit à une baisse du cours de l’action U-blox Holding. Le recul s’élève à plus de 30% depuis le 1er janvier 2018, à plus de 35% sur les douze dernières semaines et à près de 27% lors des quatre dernières semaines. Ce titre est devenu une cible des vendeurs à découvert.

La valeur boursière avoisine 930 millions de francs. Si l’on regarde l’évolution à long terme de l’action de cette spin-off de l’EPFZ, c’est-à-dire depuis l’IPO effectuée en 2007 à un prix de 61 francs par action, une correction était nécessaire. Celle-ci suffit-elle maintenant alors que la tendance de l’action demeure encore haussière à long terme? Pas facile d’y répondre. Mais la valorisation actuelle n’apparaît pas comme une aubaine en considération du free cashflow (cash-flow libre) généré en 2017 et 2016 et de la génération de cash cette année.

U-blox a publié une marge brute de 47,0% suivant les normes comptables IFRS (47,2% sur une base ajustée) au premier semestre 2018 ainsi qu’une marge EBITDA (résultat brut d'exploitation) de 20,1% (22,7% ajustée) et une marge d'exploitation EBIT de 14,3% (17,5% ajustée) pour un chiffre d’affaires en hausse de 2,6% (croissance organique); ce qui paraît plutôt bon. Cependant, le fonds de roulement a augmenté pour assurer la ponctualité des livraisons, ce qui a fait reculer le flux net de trésorerie issu des activités d’exploitation de 37,7% à 13,7 millions de francs par rapport au premier semestre 2017.

Large base de clientèle stable

Les modules dominent la détermination de la marge brute, tandis que le volume est essentiel pour des économies d’échelle s’agissant des semi-conducteurs. U-blox dispose d’une base de clientèle stable et forte, laquelle s’élève actuellement à 5900 clients au plan mondial. Il n’y a pas de dépendance significative à un client. Le plus gros d’entre eux représentait moins de 3,9% du chiffre total au premier semestre. Les dix plus importants clients comptaient pour 25,1% des recettes totales.

Les frais de R&D ont correspondu à 18,5% de celles-ci au premier semestre et les frais de marketing et distribution à 9,5%. U-Blox capitalise un montant important de frais de R&D, lesquels figurent à l’actif de son bilan dans le poste actifs incorporels, qui s’élevait à près de 154 millions francs à fin 2017.

U-blox affichait une trésorerie nette d’environ 50 millions de francs à fin 2017 et un taux d’autofinancement (equity ratio) de 62,0% (63,6% sans les actions en trésorerie) à fin juin 2018. Les liquidités (y compris les titres négociables) se montaient à 150,2 millions au 30 juin (172,4 millions à fin 2017).

Philippe Rey
AGEFI

 



Copyright © 2001 - 2018 Inter Group News All Rights Reserved