Recherche avancée
Salons & Moteurs du groupe
A PROPOS
Nos chiffres

Témoignages

Mise relation d'affaires

Contact

 



Boston Scientific investit avec cœur à Écublens
 
Le 11-06-2018

Le groupe américain, qui a repris Symetis il y a un an, agrandit son site de production de valves cardiaques dernier cri

Symbole de la «Health Valley» vaudoise, le fabricant de systèmes d’implantation de valves cardiaques Symetis, racheté il y a un an par l’américain Boston Scientific pour la bagatelle de 435 millions de dollars, développe son site d’Écublens avec l’ambition de devenir le leader mondial dans le marché en forte croissance des dispositifs innovants de chirurgie cardiaque non invasive.

Dans un marché où les concurrents ont pour nom Edwards Lifesciences, dont le siège européen est à Nyon, et Medtronic, qui a lui son siège européen à Tolochenaz, Symetis a développé un dispositif pour une implantation par cathéter de la valve aortique – le régulateur du flux sanguin – à la pointe de la technologie médicale. La chirurgie cardiaque conventionnelle est une intervention lourde qui nécessite l’ouverture de la cage thoracique et un arrêt des battements du cœur. La procédure alternative, du nom de TAVI, développée depuis les années 1990, consiste à remplacer la valve aortique grâce à une intervention minimale en accédant au cœur au moyen d’un cathéter pour y placer la prothèse de valve qui prend immédiatement le relais. La petite société installée à deux pas de la Venoge a mis au point un système d’accès par une artère de la jambe (dans l’aine) permettant de déployer une valve auto-extensible, qui reprend sa forme initiale une fois en place, selon le principe biomécanique.

Même si tous les patients ne peuvent disposer d’une telle alternative, on comprend les avantages considérables de cette technique. Ce marché TAVI, confidentiel il y a dix ans, représentait 2,3 milliards de dollars en 2013 et on l’évalue à 5 milliards en 2025 dans le monde, a expliqué mercredi Jacques Essinger, CEO de l’entreprise jusqu’à sa vente à Boston Scientific. Il est désormais associé de la société genevoise Endeavour Vision, gérant d’un fonds d’investissement qui a investi 70 millions de francs dans Symetis, croyant en son potentiel de devenir leader mondial dans le domaine TAVI. Son dispositif dernier cri est utilisé actuellement dans une opération sur cinq, explique la société.

Comme d’autres technologies médicales de pointe, ce type d’appareil fait appel au savoir-faire de la microtechnologie, comme la sous-traitance horlogère. Pas étonnant dès lors que Boston Scientific, qui compte tripler la production actuelle, décide de renforcer son site proche de l’EPFL consacré à la fabrication et la recherche, a indiqué Xavier Bertrand, directeur général de Symetis et vice-président de la division valves cardiaques du groupe dont le siège est à Boston.

Symetis, dont le dernier chiffre d’affaires publié en 2016 se montait à 38,4 millions de francs, veut poursuivre sa croissance de 50% par an, a relevé Xavier Bertrand. L’entreprise emploie près de 300 personnes dans le monde, dont une centaine à Écublens. C’est là que l’on fabrique, en salle blanche, les dispositifs de largage des valves aortiques, ces dernières étant produites au Brésil à partir de membranes porcines traitées, en raison de leurs propriétés, compatibles à l’homme. Dans l’usine de Belo Horizonte rachetée depuis lors par Boston Scientific, il y a aussi un savoir-faire, dans la couture de ces membranes animales. Le produit tout assemblé est testé dans son laboratoire lémanique où une équipe de quinze chercheurs poursuit son travail sur de nouveaux produits.

Jean-Marc Croset
24heures.ch

 



Copyright © 2001 - 2018 Inter Group News All Rights Reserved