Recherche avancée
Salons & Moteurs du groupe
A PROPOS
Nos chiffres

Témoignages

Mise relation d'affaires

Contact

 



Des muscles artificiels révolutionnent la robotique
 
Le 28-11-2017

Des professeurs du MIT se sont inspirés du pliage de l'origami pour créer ces nouveaux actionneurs. Economiques, ils permettront aux robots de soulever jusqu'à 1000 fois leur poids

Inspirés par le pouvoir de pliage de l'origami, des chercheurs américains ont annoncé lundi avoir mis au point des muscles artificiels bon marché, permettant aux robots de soulever jusqu'à 1000 fois leur poids. Cette avancée constitue un bond en avant dans le domaine de la robotique.

Elle permettra de remplacer l'ancienne génération de robots, aux mouvements saccadés et rigides, estiment les chercheurs. «C'est comme donner des superpouvoirs à ces robots», s'enthousiasme l'auteure principale des travaux Daniela Rus, professeure de génie électrique et d'informatique au Massachusetts Institute of Technology (MIT).

Les muscles (ou actionneurs) sont construits sur une structure de bobines métalliques ou de feuilles de plastique. Chacun coûte environ 1 dollar à fabriquer, indique l'étude publiée dans la National Academy of Sciences.

Ces muscles artificiels «peuvent générer environ six fois plus de force par unité de surface que le muscle squelettique des mammifères, et sont également incroyablement légers», explique le coauteur des travaux Rob Wood, professeur de sciences appliquées à l'université de Harvard. Un muscle de 2,6 grammes peut ainsi soulever un objet de trois kilogrammes «soit l'équivalent d'un canard colvert soulevant une voiture».

De Mars à la chirurgie: de multiples utilisations possibles

L'inspiration des origamis vient de la structure en zigzag employée par certains muscles, qui leur permet de se contracter et de se dilater sur commande, en utilisant de l'air ou de l'eau sous pression.

«Le squelette peut être un ressort, une structure pliée en forme d'origami, ou toute structure solide avec des vides articulés ou élastiques», précise l'étude.

Les utilisations possibles comprennent des habitats spatiaux extensibles sur Mars, des appareils chirurgicaux miniatures, des exosquelettes portables, des véhicules d'exploration en eau profonde mer ou des architectures transformables.

«Les actionneurs artificiels constituent l'un des plus grands défis de toute l'ingénierie», détaille Rob Wood. «Maintenant que nous avons créé des actionneurs avec des propriétés similaires au muscle naturel, nous pouvons imaginer construire presque n'importe quel robot pour presque n'importe quelle tâche.»

LE TEMPS

 



Copyright © 2001 - 2018 Inter Group News All Rights Reserved