Recherche avancée
Salons & Moteurs du groupe
A PROPOS
Nos chiffres

Témoignages

Mise relation d'affaires

Contact

 



Les ingénieurs devront réorienter leur carrière
 
Le 06-11-2017

D'ici cinq ans, entre 4000 et 6000 ingénieurs devront se réorienter. Les autorités sont priées d'investir dans les nouveaux marchés

Entre 4000 et 6000 ingénieurs devront se réorienter d'ici cinq ans, prévient Tino Senoner, vice-président de la fondation suisse pour l'emploi et la formation (FSEF). Il appelle les autorités à investir dans les nouveaux marchés, notamment celui de l'efficience énergétique.

«Nous observons aujourd'hui des surcapacités dans l'industrie - les ingénieurs chimistes, les ingénieurs en mécanique et les ingénieurs électriciens - avec un taux de chômage de plus de 5%», remarque M. Senoner dans un entretien diffusé samedi par La Liberté.

Il note que les ingénieurs ne sont en revanche pas assez nombreux dans le secteur des services. «C'est un changement structurel que nous observons depuis plusieurs années en Suisse», souligne le responsable, pointant une désindustrialisation en faveur du tertiaire.

Investir massivement et à temps

«Les métiers évoluent avec les technologies et nécessitent de nouveaux savoir-faire», ajoute le responsable. Il cite comme exemple le secteur des biens de consommation, où les besoins en ingénieurs ont doublé depuis 2012, «en raison de la numérisation des processus de vente».

M. Senoner appelle les pouvoirs publics à investir «massivement et à temps dans les nouveaux marchés», notamment celui de l'efficience énergétique, ouvert par la stratégie énergétique 2050 adoptée par la Confédération.

Il rappelle que la Suisse a déjà «raté le coche de l'informatique, un secteur dans lequel nous manquons de spécialistes». Il pointe également le retard pris dans les cleantech, «au contraire de l'Allemagne qui a investi dans d'immenses parcs éoliens, créant une industrie dans ce domaine».

24heures.ch

 



Copyright © 2001 - 2018 Inter Group News All Rights Reserved