Recherche avancée
Salons & Moteurs du groupe
A PROPOS
Nos chiffres

Témoignages

Mise relation d'affaires

Contact

 



L’EPFZ veut accrocher son wagon au train supersonique d'Elon Musk
 
Le 28-07-2017
de MicroTech Industry® - News des associations et de la formation

TransportContrairement à son homologue zurichoise, l’EPFL ne compte pas prendre part à ce projet baptisé Hyperloop.

Relier Zurich à Genève en quinze minutes à l’aide d’un train supersonique! Longtemps jugé folklorique, le projet imaginé par l’entrepreneur multimilliardaire Elon Musk (patron de Tesla et de Space X) suscite désormais un engouement mondial… jusque sur les bancs de l’École polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ).

Swissloop, une association regroupant une cinquantaine d’étudiants, a en effet participé à un concours mondial débuté en octobre 2016. L’objectif: concevoir la capsule (pod) qui transportera les passagers du train supersonique (1200 km/h). Jeudi soir, l’équipe présentait l’objet qui a remporté les faveurs des ingénieurs d’Elon Musk. Swissloop fait en effet partie des 30 finalistes qui se rendront aux Etats-Unis pour défendre leur projet.

Du côté de l’EPFL, par contre, alors même que le projet Swissmetro y avait vu le jour, aucune équipe d’étudiants ne s’est engagée dans ce concours. «Nous suivons les développements autour de l’Hyperloop avec intérêt, mais n’y collaborons pas pour l’instant», répond l’Ecole. Cette dernière assure ne pas «avoir de volonté délibérée à rester à l’écart de ce projet». A Los Angeles, les Zurichois seront donc les seuls à défendre les couleurs suisses.

Un projet qui se concrétise

Au fil des mois, le projet développé depuis 2013 par Elon Musk et ses équipes se concrétise. Après une levée de fonds de 80 millions de dollars au printemps 2016, Hyperloop One vient de boucler un premier test grandeur nature dans le désert du Nevada. La start-up californienne ne cesse surtout de multiplier les alliances avec des partenaires de renom aux quatre coins du monde.

En Europe, la SNCF, par l’entremise de sa société Systra, ou la Deutsche Bahn via son département Engineering et consulting sont ainsi entrés dans la danse. A noter que la Suisse apportera une nouvelle fois sa contribution à cette forme de transport située entre l’avion et le train. Hyperloop One compte en effet utiliser l’expertise en infrastructure ferroviaire des ingénieurs du groupe Amberg. «Ces partenariats confirment déjà ce que nous avons toujours su. Nous sommes à l’avant-garde d’un mouvement pour résoudre l’un des problèmes les plus pressants de la planète», estime Shervin Pishevar, cofondateur et président du conseil d’administration d’Hyperloop One.

Même s’il reste encore énormément de travail à accomplir, les résistances contre l’Hyperloop s’affaiblissent. «Personne ne parie contre Elon Musk, car ce dernier est jusqu’ici parvenu à transformer la science-fiction en fait», déclarait en 2013 un journaliste de la BBC. Un visionnaire!

Par Olivier Wurlod
24heures.ch

 



Copyright © 2001 - 2017 Inter Group News All Rights Reserved