Recherche avancée
Salons & Moteurs du groupe
A PROPOS
Nos chiffres

Témoignages

Mise relation d'affaires

Contact

 



Kudelski Security lance son Blockchain Security Center
 
Le 31-01-2019

Ce nouveau service peut pallier le manque de sécurité dans les applications, processus et systèmes associés à la blockchain, elle, mathématiquement protégée.

Kudelski Security, la division cybersécurité du Groupe Kudelski (SIX:KUD.S), lance son Blockchain Security Center (BSC), qui s’adresse à la communauté des développeurs ayant recours à la technologie blockchain et aux grandes entreprises, qui envisagent d’utiliser cette technologie.

Si les transactions dans la blockchain sont protégées par des principes mathématiques éprouvés, la sécurité n'est pas nécessairement intégrée dans les applications, technologies, processus et systèmes associés. C’est là qu’intervient le nouveau service d’expertise en cryptographie de Kudeslki Security rassemblées dans son Blockchain Security Center (BSC) lancé mardi.

Gartner prévoit que le marché de la technologie blockchain représentera 3100 milliards de dollars en 2030, face à la multiplication des applications de cette technologie, apportant de nouvelles perspectives d’optimisation dans tous les secteurs d’activités.

Une feuille de route a été élaborée par Kudelski Security dans son BSC, pour le développement de technologies fondamentales, permettant d'intégrer la sécurité dans et autour des solutions blockchain destinées aux entreprises des secteurs public et privé.

Le point avec Andrew Howard (photo ci-dessous), Chief Technology Officer de Kudelski Security et Scott Carlson, nouveau Head of Cryptography Security.

Quels sont les principaux risques en matière de sécurité liés à la blockchain?

La blockchain est un programme algorithmique, créé par des personnes avec une logique singulière. Une toute petite faille humaine, malgré le niveau exceptionnel de ces mathématiques, peut conduire à l’écroulement du système. L’académisme des mathématiques résistera, mais pas les couches de technologie assemblées autour de la blockchain, comme le hardware, le cloud, l’application associée, le website; qui sont la cible des hackeurs à chaque seconde. Le risque est immense pour les entreprises de perdre la confiance de leurs clients.

Intrinsèquement, la blockchain n’est donc pas sûre?

Si les transactions sur une blockchain sont protégées par des principes mathématiques éprouvés, la sécurité est bien souvent négligée et n'est pas nécessairement intégrée dans les applications, processus, systèmes et technologies associés. C'est là que nous intervenons. Nous aidons les entreprises actives dans le domaine de la finance numérique, des communications et de l'IoT, à sécuriser leurs produits à l'aide de méthodologies éprouvées et d'approches fondées sur le bon sens, afin d'offrir des performances supérieures et un sentiment de confiance renforcé à l'utilisateur final. Nous ne nous contentons pas d'examiner le code; nous travaillons avec l'ensemble des composants en présence au sein d'un écosystème de fabricants, d'utilisateurs finaux, d'entreprises et de créateurs de code.

Qu’apportent les solutions centralisées dans votre nouveau Blockchain Security Center (BSC)?

Le BSC développe une suite de solutions cryptographiques étendues, des recommandations en matière de sécurité des blockchains d'entreprise, ainsi que des outils de développement destinés à prendre en charge l’ensemble de l'écosystème blockchain. Les dirigeants, les investisseurs, les ingénieurs et les développeurs blockchains pourront ainsi concevoir, développer et exécuter en toute confiance des applications sécurisées mettant en œuvre cette nouvelle technologie.

Quid de la concurrence?

A notre connaissance, il n’existe pas encore sur le marché, de produits disponibles sur mesure autres que ceux des géants, tels qu’IBM, Amazon et Oracle ou des white papers, qui couvrent quelque 85% des besoins de changement de process. Mais personne n’est vraiment prêt à adresser les 15% des besoins restants, qui sont plus pointus.

Notre expertise depuis 30 ans, dans le domaine de la cryptographie, de la puce au software, nous permet de mettre en garde nos clients tentés par l’adoption de solutions techniques standardisées, plug & play, rapides et peu chères, qui n’adressent pas l’entièreté du problème. Nous nous positionnons sur ces 15% restants, ce qui signifie que la sécurité doit être au centre des préoccupations de nos clients.

Ce que nous observons dans cette phase intense de digitalisation de tous les secteurs d’activité de l’économie, c’est que la sécurité est souvent reléguée au second plan. Les hackers, eux, repèrent à la vitesse de l’éclair les erreurs classiques et, en s’y infiltrant, peuvent provoquer l’écroulement du système en place. Pensez par exemple au transfert de paiement, possible via cette technologie. Si celle-ci contient des défauts initiaux, c’est évidemment problématique. C’est comme régler un vieux problème, mais dans un mode nouveau, tout en évitant de générer de nouvelles vulnérabilités.

Quels sont les secteurs early-adopters?

Majoritairement, les start-up financées par les VC et les compagnies de crypto-monnaies dans leur projet d’ICO (Initial Coin Offering). Mais nous observons un changement de cap majeur dans le marché, notamment dans le secteur manufacturier (pour optimiser la chaîne de valeur), financier, des assurances ou encore de la santé. En Suisse, l’industrie des services financiers et des compagnies d’assurance figurent parmi les fers de lance. Le Conseil fédéral a adopté en décembre un rapport consacré au cadre juridique régissant la blockchain et la distributed ledger technology (DLT) dans le secteur financier.

Elsa Floret
AGEFI

 



Copyright © 2001 - 2019 Inter Group News All Rights Reserved