Recherche avancée
Salons & Moteurs du groupe
A PROPOS
Nos chiffres

Témoignages

Mise relation d'affaires

Contact

 



Starrag comme Tornos affichent de très bons carnets de commandes
 
Le 26-01-2019

Les deux constructeurs de machines sous contrôle de Walter Fust ont enregistré un regain de dynamisme qui peut durer en 2019.

Les deux constructeurs de machines cotés sur SIX Starrag et Tornos donnent un indice de plus que 2018 a été une très bonne année pour les représentants de la branche. Cela se manifeste surtout au niveau du carnet de commandes. Les entrées de Starrag à hauteur de 461 millions de francs représentent la deuxième valeur la plus élevée de l’histoire du groupe. Cette valeur a pu être atteinte malgré un ralentissement perceptible au deuxième semestre. L’aéronautique et la transportation comptent parmi les principaux soutiens. «Dans un environnement compétitif sans merci, le groupe Starrag a pu acquérir encore d’autres ordres réjouissants, par exemple un ordre pour des millions à deux chiffres donné par un fabricant de moteurs chinois de renom», précise Starrag.

Sur 2018, l’Amérique du Nord et l’Europe ont enregistré la croissance la plus forte, tandis que l’évolution en Asie est réjouissante également. Aux Etats-Unis et en Chine, Starrag a poursuivi le renforcement de ses structures de distribution.

Des ordres pour plus d'une année

Au niveau des ordres en attente, les 365 millions de francs marquent même un nouveau record, avec une utilisation des capacités pendant plus d’une année. Ce montant atteint d’ailleurs presque le chiffre d’affaires 2018 de 389 millions. Si celui-ci a reculé de 4% par rapport à 2017, cela s’explique par des problèmes internes, soit des «délais dans l’exécution des commandes sur certains sites. Le nouveau CEO Christian Walti a pris les mesures nécessaires pour améliorer la qualité des processus et optimiser la chaîne de création de valeur», précise Starrag. L’analyste de Vontobel Pascal Furger, tout en reconnaissant la performance du côté de l’acquisition de nouveaux ordres, constate que «malgré les volumes élevés, l’entreprise n’arrive pas à améliorer significativement sa rentabilité».
Comme Starrag l’a déjà indiqué, il devrait en résulter un EBIT 2018 nettement inférieur à celui de l’exercice précédent. Tornos, en revanche, s’attend à un EBIT «et un résultat net en forte progression par rapport à l’exercice précédent».

Bonne rentabilisation chez Tornos

Son carnet de commandes record 2018 (à 101 millions de francs) ne suffit certes que pour «plus de six mois de travail». Le groupe basé à Moutier semble néanmoins mieux réussir à traduire la meilleure exploitation des capacités de production en une amélioration de la rentabilité. Tornos relève notamment la bonne évolution du côté des prestations de services. «Cette prestation s’explique non seulement par le bon résultat obtenu dans le domaine des pièces de rechange, mais aussi par l’évolution toujours plus positive enregistrée dans celui des machines d’occasion», précise-t-il.

L’évolution dans deux sens opposés du côté de l’EBIT indique ainsi un changement de paradigme au sein des fabricants de machines contrôlés par Walter Fust. Tornos a connu plusieurs années avec des résultats dans le rouge (2013 avec -35,6 millions) ou proches du breakeven avant de retourner à un bénéfice de 8,2 millions en 2017. Starrag a de son côté toujours été positif depuis 2013. Mais la marge Ebit s’est détériorée, de 4,9% à 3,8%.

Christian Affolter

AGEFI

 



Copyright © 2001 - 2019 Inter Group News All Rights Reserved