Recherche avancée
Salons & Moteurs du groupe
A PROPOS
Nos chiffres

Témoignages

Mise relation d'affaires

Contact

 



L'intelligence artificielle, un enjeu sous-estimé en Suisse
 
Le 26-01-2019

Les entreprises suisses font preuve de passivité en termes d'intelligence artificielle (A.I.), d'après un sondage du cabinet d'audit et de conseil PwC. Leur manque de vision et de stratégie sur ce sujet, dans un contexte de mutations rapides, entraîne des risques pour la compétitivité.

PwC, dans un communiqué publié vendredi, relève que 85% des directeurs d'entreprises interrogés au plan mondial estiment que l'intelligence artificielle modifiera considérablement leurs activités dans les cinq prochaines années. Près des deux tiers des sondés pensent que l'A.I. aura un impact plus fort qu'Internet.

En comparaison, les chefs d'entreprises (CEO) suisses se montrent réservés. Environ 40% d'entre eux disent ne pas avoir de projet pour l'instant concernant l'intelligence artificielle. Seuls 10% ont déjà mis en place des applications dans ce domaine au sein de leur société.

Plus d'un quart (26%) des sondés helvétiques estiment que l'A.I. n'apportera pas de grands changements à leurs affaires à l'avenir. A l'échelle mondiale, seuls 13% des CEO partagent cet avis.

PwC explique cette relative particularité suisse par le fait, notamment, que les entreprises du pays avaient d'autres priorités ces dernières années, comme la force du franc. En outre, maintes sociétés manifestent des réserves au sujet des potentialités de la technologie ou se montrent critiques vis-à-vis de l'automatisation.

Selon Christian Westermann, responsable du secteur à PwC Suisse et expert sur la question des données, "la Suisse n'a pas encore de stratégie au plan fédéral en termes d'intelligence artificielle. Cela en dépit des bonnes conditions cadre liées à l'excellent système de formation, à la grande capacité d'innovation et aux talents que recèle le pays", relève-t-il.

Il revient à la Confédération, plaide le spécialiste, de veiller au développement de intelligence artificielle en Suisse, "pour éviter que le pays soit décramponné". PwC cite en exemple des pays comme la Chine, la France, Singapour ou le Japon, qui ont identifié l'A.I. comme une technologie clé. Les différents organismes et Etats étrangers investissent des milliards dans ce secteur.

La Confédération a créé un groupe de travail sur l'A.I. en 2018, qui doit présenter des mesures au Conseil fédéral d'ici l'automne prochain, rappelle néanmoins le cabinet de conseil.

AGEFI

 



Copyright © 2001 - 2019 Inter Group News All Rights Reserved