Recherche avancée
Salons & Moteurs du groupe
A PROPOS
Nos chiffres

Témoignages

Mise relation d'affaires

Contact

 



Leclanché apporte son expérience en tant que plus grand fabricant de cellules
 
Le 25-01-2019

La société yverdonnoise participe au projet du gouvernement allemand pour créer finalement une usine de fabrication de cellules à grande échelle en Europe.

Il y a un intérêt stratégique pour l’Europe à créer sa propre structure de production de cellules lithium-ion face aux capacités qui se trouvent aujourd’hui essentiellement en Asie et progressivement aux Etats-Unis (Tesla). Le Ministère fédéral allemand de l’éducation et de la recherche (BMBF) entend relever le défi avec la création d’un Centre de production et de recherches sur les cellules de batterie, un projet qu’il a présenté mercredi. Son objectif à plus long terme est de mettre en place une production de masse de cellules lithium-ion en Allemagne. Leclanché, en tant que plus grand fabricant européen de cellules, a annoncé hier qu’il fait partie du consortium de plusieurs entreprises créé à ce propos. Une enveloppe de 500 millions d’euros est mise à disposition au cours des quatre prochaines années. «Leclanché jouera un rôle de premier plan en apportant son savoir-faire en matière de fabrication de cellules à l’échelle industrielle, grâce à ses propres technologies de pointe allant de l’électrochimie aux logiciels de systèmes de gestion d’énergie», souligne la société.

Capacité de production en Europe actuellement très faible

La situation actuelle n’est guère flatteuse pour le Vieux Continent. Selon les chiffres de Benchmark Mineral Intelligence, il ne réunit en 2018 même pas un dixième des capacités mondiales de 220 GWh, avec 19,6 GWh. La Chine en représente plus que la moitié (134,5 GWh), et avec le reste de l’Asie (45,5 GWh), la part se monte à 82%, tandis que les Etats-Unis se situent à 20,9 GWh. Le côté positif, c’est que l’Europe devrait afficher la progression la plus forte des capacités de production d’ici 2028, avec une multiplication par plus de dix, à 207 GWh, et réunir dès lors environ un cinquième de la capacité mondiale estimée à 1103 GWh.

Le classement des dix projets concrets les plus importants est cependant composé majoritairement de groupes asiatiques. Seule la «Tesla Gigafactory 1» au Nevada, d’une capacité de 50 GWh, a pu y entrer à la première place ex-aequo. Et si une usine polonaise se retrouve au huitième rang (22 GWh), les responsables du projet, le groupe LG Chem, sont coréens.

Réduire la dépendance vis-à-vis des fournisseurs asiatiques

Les objectifs de l’Allemagne avec son programme sont multiples. Tout d’abord, il veut conserver une souveraineté technologique dans le domaine des batteries. Cela touche tant à la recherche sur les matériaux, la conception des cellules et des processus, ainsi qu’aux recherches dans le domaine de la production de cellules industrielle. «Notre pays abrite une industrie automobile forte, nous disposons de mains-d’œuvre hautement qualifiées, ainsi que d’une recherche forte, a souligné la ministre fédérale de la recherche Anja Karliczek. Elle a aussi rappelé qu’à ce jour, pas une seule des batteries intégrées dans les voitures électriques n’est produite en Allemagne. «Le projet est une victoire importante pour le BMBF, l’Allemagne, et pour l’Europe en général, qui ont besoin de la participation des principaux acteurs du secteur du lithium-ion pour construire une industrie européenne capable de réduire au minimum sa dépendance vis-à-vis des fabricants de batteries asiatiques», souligne Leclanché.

Le fait que Leclanché fasse partie de ce consortium cache aussi une nouvelle validation de sa technologie et de ses capacités. Les 500 millions d’euros représentent en fait le troisième volet du programme du BMBF, visant à accélérer le processus d’amener à la production industrielle des cellules prometteuses qui ont déjà été validées au sein d’une ligne de production pour la recherche en vue d’une fabrication à grande échelle. Le site de la nouvelle usine pour tester la production de masse sera sélectionné au cours de la première moitié de cette année, suivi par sa réalisation. Les partenaires du consortium se sont engagés à donner leur appui pour la mise sur pied et l’exploitation de ces installations.

Le principal site de production de Leclanché est allemand

Une autre raison pour laquelle Leclanché est entré en ligne de compte pour ce projet est que son site de production le plus important se situe en Allemagne, à Willstätt. Leclanché avait acquis celui-ci en 2006, avec Bullith. En décembre 2018, la société a annoncé vouloir tripler la capacité actuelle de cette usine à plus de 3 millions de cellules par année, équivalant à 1 GWh/an d’ici 2020. Cette augmentation s’appuie notamment sur les succès récents du côté des commandes, tant au niveau des transports électriques que du côté du secteur maritime, des domaines d’activité développés sous l’impulsion du CEO actuel Anil Srivastava qui révèlent un dynamisme nettement supérieur à celui des installations de stockage stationnaires.

Les cinq autres partenaires du consortium

Les entreprises allemandes faisant partie du consortium ont axé leur activité sur le développement de solutions correspondant aux besoins de leurs clients. Cependant, BMZ Group vise une capacité de production annuelle dans deux nouvelles entités de jusqu’à 200 millions de batteries lithium-ion de tous types et tailles avec une capacité de stockage d’environ 15 GWh. Sa spécialité est l’assemblage et montage de cellules en packs. Il a aujourd’hui plus de 3000 collaborateurs dans le monde entier. S’approvisionnant jusqu’ici sur le marché asiatique, avec TerraE, il vise la production de cellules Lithium-ion en Allemagne. Autre partenaire, Customcells fonctionne selon la devise «les applications spéciales sont notre standard». Cela signifie que le développement technologique, la conception et la production de cellules sont réalisés à petite et moyenne échelle. EAS Batteries, actif depuis plus de 20 ans, fabrique lui aussi plutôt de petites séries. «La technologie EAS se caractérise par des densités de puissance supérieures à la moyenne et est principalement utilisée dans les applications électriques hybrides», résume le communiqué, soulignant la performance et la sécurité élevées. Finalement, Liacon GmbH est en train de mettre en place lui aussi une unité de production de cellules Lithium-ion près de Dresde. Elle débutera son activité au premier semestre, avec une capacité annuelle pouvant atteindre 300 MWh. Un groupe de R&D fait également partie de Liacon.

Christian Affolter
AGEFI

 



Copyright © 2001 - 2019 Inter Group News All Rights Reserved