.
Actualités
Rubriques

Vente

Emploi

Contact

 



La croissance est encore une fois au menu du groupe vaudois Logitech
 
Le 23-01-2019

C’est dans les vieux pots qu’on fait la meilleure soupe: cet adage résume bien la recette du succès du concepteur de périphériques informatiques.

Le souvenir des années difficiles s’estompe encore un peu plus pour le fabricant vaudois de périphériques informatiques. Logitech a enregistré un chiffre d'affaires de 864,4 millions de dollars au troisième trimestre, en hausse de 6,4% sur un an. La formule derrière ce récent succès? «Une vieille recette de famille», répond Bracken Darrell, CEO du concepteur valdo-californien. «Depuis six ans et demi, nous mixons une pincée de super design, un soupçon d’ingénierie d’excellence et un zeste de stratégie à la fois multimarque et multiproduit. Cela fonctionne et nous continuerons à appliquer cette recette à l’avenir.»

Eternel insatisfait, l’Américain ne juge pas que son entreprise ait cependant atteint un sommet. «Nous sommes encore loin de ce dont nous sommes capables. Nous aurions pu faire beaucoup mieux, j’en suis convaincu.» Les performances sont cependant bonnes, en particulier au regard des pointers laser de présentation, des claviers et des solutions de vidéoconférence. «Nos accessoires pour PC ont particulièrement bien fonctionné car une audience de plus en plus large s’intéresse à la radiodiffusion ou encore au streaming vidéo. Le second secteur qui nous a portés est celui du gaming. C’est la discipline qui attire le plus de spectateurs au monde et elle influence autant notre activité que nos innovations. Finalement, nous avons rencontré beaucoup de succès en appareillages de vidéo-collaboration: une tendance séculaire qui ne se renversera pas avant des décennies car la vidéo s’introduira dans toutes les pièces.»

L’entreprise dont le siège est situé à l’EPFL Innovation Park ne peut cependant pas gagner sur tous les plans. Le point faible de cette période: les solutions domotiques et les haut-parleurs mobiles. «C’est l’avantage d’avoir un large portfolio de produits. Vous pouvez amortir la volatilité de certains segments par de bonnes performances générales», sourit-il.

L’Asie en locomotive

Au regard des différents marchés du globe, Logitech a enregistré plus de 20% de croissance en Asie-Pacifique, «une dynamique durable vu que c’est notre neuvième trimestre consécutif de hausse pour cette région du monde». La firme a affiché 9% de croissance en Europe, «ce qui est bien». La société n’atteint que 2% de croissance aux Etats-Unis, «ce n’est pas aussi bon mais nous y avions grandi de 30% l’an dernier. La comparaison est donc dure», commente de façon optimiste celui qui a pris les commandes de Logitech en 2013.

La société défrise les attentes au troisième trimestre

Le fabricant d'accessoires et périphériques informatiques Logitech a engrangé au troisième trimestre de son exercice décalé 2018/19 - soit d'octobre à fin décembre - un chiffre d'affaires de 864,4 millions de dollars (presque autant en francs), en hausse de 6,4% sur un an. Les analystes accueillent une nouvelle démonstration du potentiel du groupe technologique d'origine vaudoise.

L'excédent d'exploitation (Ebit) non-Gaap a décollé de 22,3% à 143,2 millions et le bénéfice net s'est envolé de près de 40% à 112,8 millions, a annoncé Logitech mardi dans un communiqué.

Les analystes consultés par AWP anticipaient au mieux des recettes de 862,8 millions, un Ebit non-Gaap de 143 millions et un bénéfice net de 107,2 millions.

Rares points noirs

A l'exception des solutions domotiques (-49% à 20 millions de dollars) et des haut-parleurs mobiles (-35% à 96 millions), tous les segments d'activité ont participé à la croissance.

Principale source de revenus du groupe, les dispositifs de pointage ont gagné 6% à 149 millions, tandis que les claviers ont progressé de 14% à 144 millions. Les solutions de vidéoconférence ont bondi de 60% à 74 millions.

Sur les trois premiers partiels cumulés, Logitech affiche une croissance de 9,6% à 2,16 milliards de dollars. La rentabilité opérationnelle non-Gaap a enflé de près d'un quart à 288,3 millions.

La multinationale valdo-californienne étoffe dans la foulée ses ambitions pour l'ensemble de l'exercice, visant désormais un Ebit non-Gaap de 340 à 345 millions, contre 325 à 335 millions. La progression des revenus doit toujours s'établir dans un couloir de 9 à 11% à taux de changes constants.

Vision périphérique

L'envergure de la palette de produits proposés immunise Logitech contre la faiblesse de certains segments isolés, analyse Vontobel. La banque privée anticipe de nouveaux investissements dans la croissance.

Evoquant un ralentissement des ventes, UBS concède que tout n'est pas rose et n'exclut pas des prises de bénéfices. La banque aux trois clés souligne néanmoins que la robustesse du portefeuille et le relèvement des objectifs de rentabilité à court terme constituent dans l'immédiat des catalyseurs fonctionnels pour le cours du titre.

Credit Suisse relève que la marge brute a bénéficié d'une palette de produits favorable, assortie de coupes plus nettes qu'attendu dans les dépenses. La banque aux deux voiles calcule un relèvement de 5% du consensus autour de l'Ebit.

A 09h48, la nominative Logitech s'appréciait de 2% à 34,48 francs, caracolant en tête d'un SLI en recul de 0,35%.

Sophie Marenne
AGEFI

 



Copyright © 2001 - 2019 Inter Group News All Rights Reserved