Recherche avancée
Salons & Moteurs du groupe
A PROPOS
Nos chiffres

Témoignages

Mise relation d'affaires

Contact

 



Logitech veut continuer à se réinventer
 
Le 06-09-2018

Le cours de l'action de la multinationale valdo-californienne a été multiplié par sept en cinq ans mais rien ne semble étancher l’insatiable soif de changement de son CEO, Bracken Darrell.

Tenue ce mercredi au SwissTech Convention Center de l’EPFL, l’assemblée générale annuelle du vaudois Logitech s’est déroulée sans surprise. Les actionnaires de la multinationale ont approuvé un dividende d'approximativement 0,67 franc par action, soit une augmentation d'environ 10% par rapport à l'année dernière. Le versement des dividendes sera probablement effectué dans deux semaines, à la date du 21 septembre. De plus, Marjorie Lao, directrice financière de Lego, a été élue au conseil d'administration – comme annoncé fin juin. Ces bonnes nouvelles s’ajoutent à la hausse de 15%, à 608 millions de dollars, des recettes du concepteur de périphériques informatiques au premier trimestre 2018. Selon le CEO, Bracken Darrell, le succès n’est pas forcément positif pour l’esprit d’innovation de l’accessoiriste. Il prône une remise en question du modèle de la compagnie à tout instant.

Rien n’est intouchable

Lorsque Bracken Darrell a pris la tête de Logitech en 2013, la société naviguait en pleine tempête: des ventes déclinantes, une rentabilité en berne, une action à 6 francs,… «En un sens, cela a facilité ma tâche car des changements s’imposaient: bâtir des capacités de design, diminuer les dépenses, réinitialiser notre portefeuille de produits. Cette stratégie a fonctionné. Nos ventes sont en augmentation depuis cinq ans, nos bénéfices ont plus que quadruplés et notre action vaut maintenant plus de 45 francs – soit presque huit fois plus qu’à nos heures les plus sombres».

L’Américain, ancien cadre de Whirlpool et Braun, n’est cependant pas prêt à se reposer sur ses lauriers. «Cinq ans de succès sont en réalité un problème. La réussite vous barre la route en vous insufflant le désir de protéger à tout prix ce que vous avez construit.» Il affirme questionner continuellement le fonctionnement de l’entreprise, dans un mouvement semblable à celui initié en 2013. «Nous analysons la structure, les priorités, les projets, les collaborateurs sans tabou. Ainsi, nous implantons une évolution systématique, comme si nous en étions à nos débuts.»

Poursuivre la stratégie de diversification

Créé en 1981, le concepteur vaudois d’accessoires informatiques emploie 3.500 collaborateurs à travers le monde dont 280 à Lausanne. Fin juillet, le groupe a annoncé l'acquisition de la société californienne Blue Microphones pour 117 millions de dollars. «Nous pénétrons ainsi le marché de l’enregistrement audio. Nous nous adressons à une nouvelle audience: les professionnels, blogueurs, youtubers et streamers.» Depuis ce rachat, l’entreprise a déjà lancé le Blue Yeti Nano, un microphone USB compact.

Cela fait des années que Logitech surveille ce secteur et conçoit des prototypes d’enregistreurs. «En vue de ce développement, nous avons remarqué Blue Microphones: nous les avons contactés, ils nous ont répondu et, très rapidement, nous sommes arrivés à un accord», raconte le CEO. La soixantaine d’employés du fabricant américain a rejoint l’aventure Logitech. Bracken Darrell affirme que ceux-ci poursuivront leurs activités à leur bureau de Westlake Village.

Après Jaybird et Saitek en 2016, puis Astro en 2017, l’achat de Blue Microphones répond à une forte stratégie de diversification, raffermie sous la houlette de Bracken Darrell. Mais absorber ces start-up est-il plus efficace que de concevoir ses propres innovations? «Cela dépend», répond le CEO. «Nous continuerons à lancer de nouveaux produits développés en interne, comme les enceintes Boom d’Ultimate Ears. Mais si nous avons l’opportunité d’acquérir des marques d’un certain pedigree, nous le ferons.»

Les souris sous de nouvelles formes

Interrogé sur le produit le plus innovant dévoilé ces derniers mois, Bracken Darrell se refuse à choisir. «Nous avons annoncé six nouveautés durant les huit derniers jours. Et nous en avons encore beaucoup à l’écurie que nous sortirons avant la fin de l’année.» Outre les écouteurs de sport sans-fil Jaybird X4, la station de charge pour iPhone Powered et les nouvelles enceintes Ultimate Ears Megaboom 3 – «encore plus étanches que les précédentes» – les dernières innovations en date ont particulièrement touché un secteur historique des périphériques informatiques: les souris.

Sur le segment du jeu vidéo, Logitech a présenté une nouvelle version de la G502 avec un capteur optique plus performant. «C’est la souris de gaming la plus populaire au monde et elle est maintenant équipée du meilleur senseur au monde. Une belle amélioration.» Autre souris récemment mise sur le marché, la G PRO est destinée aux gamers assidus. «Nous avons développé cet outil sans-fil en collaboration avec plus de 50 joueurs professionnels tels que Andrej "babybay" Francisty ou Joon-yeong "Profit" Park. Ce dernier est membre des London Spitfire, l’équipe qui a remporté l’Overwatch League 2018. Il a participé à la compétition avec cette souris sans-fil: c’est énorme vu que les technologies wireless sont peu prises au sérieux par cette population» Les accessoires pour gamers représentent plus de 20% des ventes du groupe. C’est désormais la catégorie de produits la plus populaire. Durant le dernier quadrimestre, elle a grandi de 68%.

Logitech a aussi dévoilé une souris redressée, confortable et ergonomique: la MX Vertical. En forme de vague, elle permet de réduire la tension musculaire jusqu'à 10% par rapport à un accessoire standard. «Ce n’est pas notre premier modèle vertical, nous en avons édité dès 1997. Mais celle-ci est la première distribuée à grande échelle.» Le marché des souris ergonomiques est déjà occupé par des marques comme Evoluent, TeckNet ou Adesso. Pourquoi Logitech s’attaque-t-il à ce segment seulement aujourd’hui? «Cela fait quelques années que nous y travaillons», répond-il. «C’était le bon moment parce que l’intérêt d’un groupe de consommateurs a émergé pour ces objets d’une informatique saine.» Disponible uniquement pour les droitiers, Bracken Darrell promet de décliner la MX Verticale pour gaucher si le succès est au rendez-vous.

VR, AR et AI à l’étude

La prochaine innovation de taille pour Logitech sera un objet intégrant un volet technologique de machine learning. «Le système de visioconférence Rally, bientôt disponible sur le marché, est notre produit précurseur quant à l’intelligence artificielle (AI). Ses capteurs analyseront les couleurs et la lumière de la pièce pour y ajuster l’image. Pareil pour le son. Rally encadrera automatiquement les personnes présentes dans le champ et fera la mise au point si elles se déplacent ou quittent les lieux», décrit-il.

Le CEO ne révèle pas les autres sujets d’étude en cours dans les laboratoires de Logitech, à l’exception de la réalité virtuelle (VR) et de la réalité augmentée (AR). Fin 2017, la société a lancé Logitech Bridge, un système permettant aux développeurs d’utiliser un clavier dans un univers virtuel, compatible avec le casque Vive VR de HTC. «C’est notre produit pionnier en VR. Nous allons continuer à explorer ce segment, et encore plus celui de l’AR. Bien que le marché ne soit pas encore assez mature pour un accessoire de grande consommation, quand le temps sera venu, nous serons prêts.»

Cet article vous est offert par Swissquote
Sophie Marenne

AGEFI

 



Copyright © 2001 - 2018 Inter Group News All Rights Reserved