Recherche avancée
Salons & Moteurs du groupe
A PROPOS
Nos chiffres

Témoignages

Mise relation d'affaires

Contact

 



SGS se rapproche de plus en plus du consommateur
 
Le 19-07-2018

Les résultats semestriels du leader mondial de l’inspection n’ont guère satisfait les investisseurs. Le titre a perdu 3,7%.

Société Générale de Surveillance (SGS), domiciliée à Genève, a présenté mercredi des résultats semestriels légèrement inférieurs aux attentes de la majorité des analystes financiers. La réaction des investisseurs ne s’est pas fait attendre. L’action de la société, cotée au SMI (Swiss Market Index), avait déjà perdu plus de 4,6% de sa valeur un peu avant 15 h. Et ce fut 3,7% à la clôture, en dépit d’un SMI en hausse de 1,29%. Un bénéfice net de 319 millions de francs était, il est vrai, attendu. Il s’est finalement limité à 274 millions, soit un recul de 0,7%. Côté rentabilité, une marge opérationnelle de 14,8% a aussi souvent déçu. Avec une progression des ventes de 8%, le leader mondial de l’inspection et de la certification a néanmoins dépassé le consensus des analystes, établi par l’agence d’information financière AWP.

Du coup, une croissance organique est observée dans tous les secteurs d’activité de la SGS et s’élève globalement à 5,6% au cours de la période sous revue, contre seulement 4,2% au cours de l’exercice écoulé.

Ambitions de diversification Une légère ombre pèse tout de même sur le tableau des résultats: après une revue des affaires au Brésil effectuée en juin, la direction a repéré une surestimation des recettes sur plusieurs années. Une enquête interne est actuellement en cours. Afin de se préparer aux coûts d’une éventuelle surprise, le groupe a constitué une provision de 47 millions de francs.

«Les résultats semestriels de SGS s’avèrent certes honorables, mais ils confirment la relative mollesse, à ce stade, du moteur de croissance que représentent les acquisitions. Les objectifs de qualité sont en outre confirmés pour cette année, mais on aurait pu attendre un message plus ambitieux», estime Frédéric Potelle, directeur de la Recherche à la Banque Bordier & Co.

SGS manifeste néanmoins de fortes ambitions de diversification depuis plus de trois ans. Poussée par la chute des cours des matières premières, la firme a notamment développé son offre et sa compétitivité dans la sécurité alimentaire et l’e-commerce. Ces efforts ne cessent de rapprocher la multinationale de consommateurs du monde entier. «Alibaba (ndlr: le plus grand détaillant en ligne du monde) est un client de SGS», se félicite Frankie Ng, président du directoire de la firme genevoise.

Modèle de la pizza surgelée

SGS indique ainsi sur les portails du groupe chinois les entreprises contrôlées, en fonction de critères que ce si gros client a lui-même fixés. Ces opérations permettent, entre autres, de s’assurer de la capacité de produire les biens et services proposés sur les plates-formes d’Alibaba. Pour la sécurité du client final, du consommateur, les spécialistes de SGS peuvent affiner la certification de produits en effectuant des visites d’usines non annoncées.

Dans ces nouvelles activités, Frankie Ng constate une forte croissance des affaires dans les cosmétiques et les soins du corps: «Par exemple, pour vérifier si l’indice de protection mentionné sur une crème solaire est bien exact.»

Les préoccupations de sécurité alimentaire stimulent aussi la demande d’inspection dans une industrie agroalimentaire de plus en plus complexe. Exemple éloquent: une pizza surgelée comprend facilement, de nos jours, une douzaine d’ingrédients provenant souvent d’une trentaine de fournisseurs. Un tel modèle peut évidemment imposer une masse de contrôles.

Par Philippe Rodrik
24heures.ch

 



Copyright © 2001 - 2018 Inter Group News All Rights Reserved