Recherche avancée
Salons & Moteurs du groupe
A PROPOS
Nos chiffres

Témoignages

Mise relation d'affaires

Contact

 



Sursaut helvétique en matière de compétitivité numérique
 
Le 20-06-2018

La Suisse progresse du 8e au 5e rang du classement IMD analysant le virage numérique des nations. Des lacunes restent à combler en matière de formation et d’e-gouvernance

C’est une première. La Suisse fait partie des cinq pays les plus compétitifs au monde en matière numérique. C’est en tout cas la conclusion de l’International Institute for Management Development (IMD), à Lausanne, qui vient de dévoiler mardi son classement 2018 sur la compétitivité numérique. Le pays progresse du 8e au 5e rang mondial derrière les Etats-Unis, nouveau leader, Singapour, la Suède et le Danemark.

Créé en 2017, l’IMD World Digital Competitiveness Ranking tente de quantifier les transformations technologiques au sein des Etats et d’analyser l’aptitude de ces derniers à prendre le virage numérique dans les secteurs politique, économique et sociétal. Pour l’établir, l’institut lausannois a retenu 50 indicateurs répartis au sein de trois catégories: la technologie, les connaissances et la «préparation à l’avenir».

Enjeu crucial

Le classement 2018 est présenté ce mercredi à l’IMD lors du premier Sommet sur la compétitivité numérique, organisé conjointement par l’institut et Digitalswitzerland, plateforme visant à faire de la Suisse un hub mondial du numérique et dont le groupe Ringier, copropriétaire du Temps, est membre. «Une progression de la Suisse dans la compétitivité numérique est un fait réjouissant et crucial pour le succès dans ce domaine.

Notre santé économique en dépend, prévient le directeur de Digitalswitzerland, Nicolas Bürer. Si la Suisse venait à manquer le train du numérique, elle ne serait plus en mesure de livrer des biens et services dans ce nouveau monde, ce qui engendrerait une augmentation du chômage et une perte évidente de productivité et d’indépendance du pays.»

Selon le Centre de la compétitivité mondiale de l’IMD, les progrès réalisés par la Suisse s’expliquent surtout par la forte capacité des entreprises et de la société à explorer le potentiel des nouvelles technologies: achats en ligne, moyens de paiement mobiles à échelle individuelle, optimisation des modèles commerciaux et des procédures au niveau des entreprises. En ne considérant que ce facteur «préparation à l’avenir», la Suisse a progressé de la 13e à la 10e place entre 2017 et 2018.

Formation et cyberadministration à la traîne

En ce qui concerne les deux autres facteurs d’évaluation, le bilan helvétique est plus morose. En matière de «technologie», la Suisse recule de la 8e à la 9e position et de la 4e à la 6e place dans le domaine des «connaissances». Le rapport de l’IMD pointe notamment un important retard au niveau de l’enseignement obligatoire, qui peine à former les enfants et les adolescents au numérique.

«Dans les écoles primaires et secondaires, les nouvelles technologies ne sont pas encore perçues comme des branches aussi essentielles que la chimie ou les mathématiques. Par ailleurs, il faut en général quinze à vingt ans pour modifier un système éducatif, alors que le marché des nouvelles technologies évolue extrêmement vite. C’est pour cela que Digitalswitzerland a lancé des projets de formation au numérique pour enfants et adolescents, comme «Nextgeneration». Nous poussons également la formation continue, car l’époque où l’on sortait de l’école avec un diplôme pour en vivre jusqu’à sa retraite est révolue», insiste Nicolas Bürer.

En matière de cyber-administration aussi, la Confédération helvétique est à la traîne. Le directeur de Digitalswitzerland reste pourtant confiant. «Nous avons clairement raté le train de ces dix dernières années par rapport à des pays comme le Danemark ou l’Estonie, ça n’a pas été une priorité suffisamment grande. Je remarque toutefois que les gouvernements fédéraux ou cantonaux sont très attentifs à ce sujet depuis un ou deux ans et j’ai très bon espoir que la situation s’améliore clairement d’ici à deux ou trois ans.»

LE TEMPS

 



Copyright © 2001 - 2018 Inter Group News All Rights Reserved